Retour à la page précédente

Les jeunes et l'alcool

Ces dernières années, la consommation de drogues illicites par les jeunes a suscité un intérêt croissant. A juste titre d'ailleurs. Néanmoins, cela conduit à oublier l'alcool.

Comme l'alcool est légalement et socialement accepté, il est souvent considéré comme «inoffensif» et non comme une drogue. Cependant, du point de vue de la santé, il existe beaucoup de raisons pour ne pas commencer à consommer de l'alcool trop tôt. En savoir plus sur les effets et les risques de l'alcool chez les jeunes »

A l’heure actuelle, la législation est peu claire au sujet des consommations d'alcool pour les jeunes : pas d'alcool aux moins de 16 ans et aucun spiritueux aux moins de 18 ansEn savoir plus sur la législation qui entoure les consommations d’alcool à l’heure actuelle »

alcool jeunes

1. «Apprendre» à boire de l'alcool

Généralement, les jeunes sont mis en contact avec les drogues illégales par l'intermédiaire d'amis ou de connaissances. Par contre, l'alcool, qui est une drogue légale, est généralement goûté pour la première fois au sein de la familleLes parents sont tout aussi responsables que les cafetiers et commerçants de ne pas servir d’alcool à des mineurs de – de 16 ans. Plutôt que de diaboliser la consommation d’alcool, il sera plus intéressant d’apprendre à vos enfants à adopter une consommation responsable et à fixer des règles cohérentes, au sein d’un dialogue et d’un respect mutuel. 

En savoir plus sur « dépénaliser l’apprentissage parental ».

Aucune drogue, qu'il s'agisse du café, du tabac, de l'alcool, du cannabis ou de l'héroïne, n'a vraiment bon goût la première fois. Les mélanges de boissons qui goûtent la limonade (voir plus loin) constituent probablement la seule exception. En tant que débutant, le jeune "doit" donc «apprendre» à boire de l'alcool. 

Mais on ne boit pas de l'alcool uniquement pour son goût. Il a également des effets indéniables sur la façon dont vous vous sentez, sur l'image que vous avez de vous-même, et donc aussi sur votre comportement. Les effets engendrés sont multiples : désinhibition, joie, excitation, calmant, etc., et varient selon le produit (alcool ou une autre drogue), la personne qui consomme et le moment où elle consomme. 

L'entourage joue un rôle important dans la poursuite et le volume des consommations d'alcool. Par exemple, si vous remarquez que vos amis buveurs semblent avoir plus de succès et paraissent plus agréables, il est plus probable que, malgré le goût initialement mauvais de l'alcool (bière ou autre), vous continuiez à boire lors des sorties.

l'alcool

2. Vous êtes jeune et des changements apparaissent...

  • Vous allez doucement vous détacher de vos parents et fréquenter de plus en plus vos pairs. Contrairement à ce que vous pensiez étant enfant, vous ne voyez plus vos parents et les autres adultes comme détenteurs de toute la vérité.
  • Vous «cherchez votre propre identité». Vous n'êtes plus un enfant, mais qui ou qu'êtes-vous ? Dans cette quête, vous faites des expériences et vous vous orientez vers de nouveaux centres d'intérêt et d'autres activités. Cela peut se révéler amusant et excitant, mais aussi fatigant, confus et stressant. L'alcool peut jouer un rôle de deux façons dans votre développement : parfois positivement, parfois négativement.

La pression du groupe et l'alcool

  • S’identifier à un groupe, vouloir ressembler aux autres, fait partie de l’adolescence et du processus de construction identitaire.  
  • En groupe, les jeunes peuvent aussi s'entraîner les uns les autres. La pression et les normes du groupe peuvent être à l'origine d'une consommation régulière d'alcool. En raison du besoin d'appartenance et d'être considéré comme une personne à part entière, vous pouvez en arriver à boire la énième tournée. Par exemple, vous entrez en compétition avec d’autres garçons de votre âge pour voir qui peut supporter le plus d'alcool.  
  • A l'inverse, une culture de groupe peut aussi apporter une protection. Les jeunes peuvent renvoyer à la personne qui boit qu'elle est en train de franchir la «limite» et que l'ambiance se gâte.

L'image de soi et l'alcool

  • «Image de soi» signifie : la façon dont vous vous regardez et dans quelle mesure vous vous appréciez. Une estime de soi trop forte ou trop faible peut conduire à la consommation d'alcool. Ce n'est pas toujours problématique, mais ça l'est parfois. Si vous avez constamment besoin d'alcool pour changer l'image que vous avez de vous-même, vous courez un risque. Un des effets de l'alcool est une augmentation de la confiance en soi et de l'estime de soi. L'alcool peut donner le sentiment d'«être mieux dans sa peau». Pour des jeunes, avec tous les doutes propres à leur âge, ce sentiment peut être le bienvenu. 
  • En outre, boire de l'alcool atténue les sentiments négatifs et les tensions. C'est quand même pratique de pouvoir mettre en veilleuse une «dispute» avec ses parents en buvant simplement quelques verres. Malheureusement, cela n’aidera pas à résoudre le problème sur le long terme…
  • Etant donné que l'alcool en soi peut entraîner un excès de confiance en soi, sa consommation amène la personne à prendre des risques et à adopter des comportements impulsifs. Vous pouvez «faire la java» de façon amusante. Mais vous pouvez aussi faire des choses que vous n'auriez probablement jamais faites autrement, et que vous pouvez regretter par la suite. Par exemple : faire la grande gueule, chercher rapidement la bagarre, draguer avec excès, avoir des rapports sexuels non protégés, conduire en état d'ivresse commettre des actes de vandalisme, etc. 

l'alcool et la pression du groupe

3. Expérimentations et combinaisons

Expérimenter implique parfois la combinaison de plusieurs drogues (l'alcool étant l'une d'elles), prises parfois très consciemment, parfois plutôt par hasard (quand elles sont proposées). Etant donné que l'alcool peut vous rendre plus imprudent, vous êtes parfois enclin à rechercher, de façon irréfléchie, un «trip plus costaud». Combiner plusieurs drogues peut, en effet, provoquer des effets plus puissants, mais souvent désagréables.
En savoir plus sur le mélange de substances »

4. Les sorties

Sortir avec un groupe d'amis, cela peut être chouette. Mais cela comporte parfois des risques pour la santé. Les nuits peuvent être très longues et les tournées se succéder par dizaines...Voici quelques conseils pour que votre sortie reste une fête :

  • Mettez-vous d'accord à l'avance sur la personne qui fera le BOB et qui restera donc aussi toute la soirée. Petit rappel sur les dispositions légales en matière d'alcool et de conduite de véhicule :

S < 0,5

Safe = OK

0,5 < A  < 0,8

Alert = 3h d'interdiction de conduire + amende

P > 0,8

Positif = 6h d'interdiction de conduire + amende + tribunal/parquet + retrait de permis

  • Ne vous perdez pas de vue pendant la soirée. Vous aurez peut-être à vous entraider si l'un d'entre vous ne sait plus se contrôler.
  • Hydratez-vous régulièrement. Les «boosters» et autres boissons énergisantes, ainsi que certaines drogues, entraînent une déshydratation. Celle-ci peut également être amplifiée lorsque vous dansez beaucoup. Boire uniquement de la bière ne vous sortira pas d'affaire : buvez régulièrement de l'eau ou alternez avec des boissons non alcoolisées. Le fait de s'arrêter de temps en temps peut aussi aider à faire redescendre la pression.
  • L'organisme envoie aussi des signaux s'il détecte un dérèglement. Si vous vous sentez nauséeux, pris de vertiges, confus, etc. Le mieux consiste alors à avertir vos amis et à vous éloigner de la foule.
  • Un repos complet sera, ensuite, nécessaire. Ne prolongez pas la fête en buvant une pinte ou en prenant un autre «stimulant» le lendemain au petit déjeuner.

l'alcool et les sorties

5. Les mélanges de boissons

Depuis quelques années, on peut trouver des mélanges de boissons partout. Il s'agit de mélanges de soda et de boissons alcoolisées, par exemples les «blasters», les «alcopops» et les «shooters». Avec ces produits, l'industrie de l'alcool vise un public de jeunes âgés entre 18 et 25 ans. Dans la pratique, même des enfants à partir de 12 ans en consomment déjà.

  • Ces boissons sont populaires parce qu'elles sont sucrées et masquent ainsi le goût amer de l'alcool. Elles «passent donc facilement» et semblent assez inoffensives. Elles attirent particulièrement les filles. Les garçons passent plus facilement à la bière après un certain temps, parce qu'elle véhicule une image plus virile.
  • La teneur en alcool des mélanges de boissons est habituellement estimée à un niveau inférieur de ce qu'elle est réellement. En réalité, ils contiennent souvent plus d'alcool qu'un verre de bière ou de vin. Ils sont donc plus traîtres qu'ils ne le paraissent. Ils contiennent également des substances gazeuses, qui accélèrent leur absorption par le sang.
    En savoir plus sur les types de mélanges de boissons »
  • Depuis peu, de plus en plus de personnes composent elles-mêmes leurs mélanges. Elles mélangent ainsi toutes sortes de spiritueux avec du cola, du jus de fruit ou de la limonade. Ces mélanges personnels contiennent généralement beaucoup plus d'alcool encore que les boissons industrielles, augmentant ainsi les risques liés à l'abus d'alcool.

Pour plus d'informations voici un site suisse dédié aux jeunes entre 16 et 20 ans : https://www.bourredesavoir.ch/


Retour à la page précédente

En haut

 

Share:

Share: