Cercles vicieux

cercles Van Dijk

Comment se fait-il que certaines personnes se mettent à boire trop ou deviennent des consommateurs problématiques ? Et pourquoi, souvent, continuent-ils alors que les inconvénients deviennent plus qu'évidents ?
Le triangle Personne-Produit-Contexte permet de répondre en partie à cette question.
En savoir plus sur la consommation d'alcool : personne-produit-contexte »

Une autre réponse à cette question est celle des cercles (vicieux) du professeur Van Dijk qui s'appliquent tant à la consommation d'alcool qu'à celle de drogues. Selon Van Dijk, il existe 4 processus, ou «cercles» qui peuvent être enclenchés par une consommation fréquente d'alcool.

Le cercle pharmacologique ou physique

Il se caractérise par des symptômes tels que la tolérance, les différents symptômes de l'abstinence et la perte de contrôle.

  • Votre organisme réagit à l'action de l'alcool (ou d'autres drogues) et essaie d'en neutraliser les effets. Les premières fois, ou en cas de consommation modérée, votre organisme réagit très lentement, ce qui veut dire que les effets de l'alcool se feront fortement ressentir. Si vous vous mettez à boire beaucoup et souvent, votre organisme réagira de plus en plus rapidement et compensera plus efficacement l'action de l'alcool. Par conséquent, le consommateur régulier et abusif ressent moins les effets de l'alcool car il «résiste mieux». Pour ressentir le même effet qu'au début, il devra boire plus. Il s'agit du phénomène de tolérance.
  • Avec le temps, votre organisme «apprendra» qu'un premier verre d'alcool sera suivi de beaucoup d'autres. Votre organisme «surcompensera». Ce qui produira une sensation désagréable si vous buvez «trop peu». Vous éprouvez alors ce que l'on appelle les symptômes de sevrage : votre organisme «réclame» davantage d'alcool, ce que vous ressentez comme une «forte envie d'alcool» ou «craving».
  • Ce «craving», ou désir pratiquement irrépressible d'alcool, peut à son tour pousser à «boire sans limites» ou à une «perte de contrôle».

Le cercle psychologique

Il s'agit ici des effets sur l'image de soi, mais aussi de l'alternance avec certains troubles psychiques.

  • La consommation excessive d'alcool peut causer toutes sortes de problèmes, qui ont à leur tour une répercussion sur l'image que vous avez de vous-même. La boisson provoque des sentiments de culpabilité et de honte que vous ressentez comme désagréables et parfois comme «insupportables». Vous essaierez alors de faire disparaître ces sentiments en les «noyant dans l'alcool».
  • Certains troubles psychiques (tels que la dépression et les sentiments d'angoisse) peuvent vous pousser à boire davantage, parce que l'alcool «soulage» parfois momentanément ces troubles. A l'inverse, la consommation excessive d'alcool peut toutefois engendrer ou renforcer ces troubles psychiques. Après un certain temps, il devient souvent impossible de distinguer la cause de l'effet.

cercles vicieux de l'alcool

Le cercle social

Il s'agit ici des problèmes sociaux que peut créer une consommation excessive d'alcool et du risque de s'isoler socialement au fil du temps.

  • Les problèmes sociaux que vous pouvez rencontrer en raison de votre consommation d'alcool sont nombreux : difficultés au travail, conflits avec son partenaire et d'autres membres de la famille, problèmes financiers et conflits avec la justice. Ces problèmes engendrent un stress important qui, à son tour, va alimenter le cercle de la consommation d'alcool excessive.
  • Il faut également remarquer que les gros buveurs vont progressivement rechercher davantage la compagnie d'autres gros buveurs plutôt que celle de leurs autres contacts sociaux. Ce glissement présente comme «avantage» de ne plus devoir justifier sa consommation excessive d'alcool. Vous risquez toutefois de vous retrouver dans une «sous-culture» et de perdre totalement le contact avec des «personnes extérieures».

Le cercle cérébral

Il s'agit ici des effets d'une consommation excessive d'alcool sur le fonctionnement du cerveau.

  • Le fait de boire beaucoup a des répercussions rapides sur votre conception de la réalité et sur votre capacité à l'autocritique. Bien que vous puissiez avoir décidé de ne pas consommer plus de X verres, cette volonté peut s'effacer rapidement au fur et à mesure de votre consommation d'alcool. C'est le moment où vous vous dites «ce n'est pas encore si grave», ou «je n'ai aucune raison de m'en faire».
  • Une consommation d'alcool excessive et de longue durée peut toutefois aussi provoquer des lésions cérébrales. Les fonctions de la mémoire ne sont pas les seules à être affectées : certaines zones du cortex frontal, normalement responsables du comportement pertinent et de la maîtrise de soi sont également atteintes. Ceci se traduit par une diminution de votre résistance à l'envie de boire.
    Voir aussi : alcool et cerveau »

L'ensemble

Les «cercles» décrits plus haut sont en fait 4 processus qui se renforcent mutuellement. Chacun de ces cercles commence, après quelque temps, à tourner sur lui-même et enclenche à son tour les autres cercles. Avec le temps, ces processus peuvent devenir un automatisme. L'ensemble des cercles continue à tourner sur lui-même et vous êtes «aspiré» dans un «tourbillon».

l'alcoolisme

En haut

 

Share:

Share: