Retour à la page précédente

Alcool, impulsivité et agression

L'alcool ne fait pas qu'enivrer, il désinhibe aussi. C'est pourquoi, lorsqu'on est saoul, on prend beaucoup plus facilement des décisions irréfléchies et on agit plus rapidement que d'habitude. On évoque d'ailleurs souvent l'alcool comme agent déclencheur dans des conflits particulièrement violents : méfait avec violence, dispute de bar, violence conjugale, agression routière, vandalisme et violence gratuite.

alcool et impulsivité 
  • A cause de cette impulsivité accrue, la personne pourra avoir plus facilement tendance à se mettre en colère et à réagir de manière agressive. En général, plus on boit plus on est colérique et impulsif. De légers énervements peuvent alors se transformer en explosions d'agression, soit verbale soit physique.
  • Plus l'on boit, moins on arrive à évaluer la situation sociale dans laquelle on se trouve. On court alors plus de risques de mal interpréter le comportement des autres. Ainsi, par exemple, une simple bousculade accidentelle sera prise pour une provocation.
  • La désinhibition causée par l'alcool pousse également l'individu à se surestimer et tente alors des intimidations, des attitudes de bluff ou encore des attaques.
  • D'autre part, sous l'influence de l'alcool, la personne pensera moins aux conséquences à long terme, ce qui peut favoriser des comportements impulsifs ou agressifs.
  • La personnalité joue évidemment un rôle. Quelqu'un qui est naturellement impulsif, coléreux ou méfiant aura plus tendence à se montrer agressif une fois ivre.
  • Et il faut, enfin, citer l'influence exercée par l'environnement. En effet, les comportements agressifs sont plus susceptibles d'apparaître dans des cafés bondés ou des boîtes dans lesquelles on passe de la musique bruyante. De même, les incidents violents se produisent souvent lorsque l'on est en groupe : le groupe ayant pour caractéristique de rendre ses membres anonymes, ceux-ci se sentent dès lors moins responsables de leur comportements et peuvent alors adopter des comportements inappropriés.

Un besoin maladif

Une personne dépendante de l'alcool (addiction) peut ressentir un besoin intense de boire lorsque son corps le demande. Il s'agit alors d'un besoin maladif, une «soif d'alcool». Or, si l'on ne peut pas boire au moment où cela se produit, il y a fort à parier que l'on devienne particulièrement irritable ou accablé. Ces situations augmentent les probabilités de comportement impulsif ou agressif.

alcool et cortex frontalAltérations au niveau du cerveau

L'alcool engendre chez certains un comportement impulsif et agressif qui peut se convertir en un comportement automatique s'ils boivent trop d'alcool sur le long terme. Et il faut ajouter à cela les altérations que l'alcool peut causer au cerveau. Celles-ci réduisent encore plus la maîtrise de soi.

La partie frontale du cerveau (cortex frontal) peut être altérée de manière définitive. Or, cette partie commande, entre autres, la maîtrise de soi et le comportement en société, ainsi que les actions ciblées, le raisonnement et la résolution de problèmes. Des dommages cérébraux peuvent donc entraîner une baisse des capacités mentales, de l'aptitude à évaluer des situations et à contrôler ses impulsions.
Voir aussi : alcool et cerveau »

Alcool et jalousie

Les personnes qui boivent beaucoup d'alcool depuis longtemps peuvent parfois manifester de la jalousie alcoolique. C'est principalement chez les hommes que cette forme de jalousie se rencontre. Ils sont alors convaincus que leur partenaire les trompe et trouvent un élément plutôt absurde qui, soit-disant, le prouve. Les autres se rendent généralement vite compte que les preuves avancées n'ont aucun sens. Mais il faut néanmoins être très vigilant car cette jalousie alcoolique peut s'accompagner d'une explosion d'agressivité soudaine vis-à vis du partenaire «infidèle».

Retour à la page précédente

 

En haut

 

Share:

Share: