Retour

Alcool et troubles hépatiques

Le foie traite environ 90 % de l'alcool qui circule dans le sang, mais il ne peut l'éliminer que dans une certaine mesure. De plus, le travail de décomposition que réalise le foie engendre la libération de substances toxiques pour ce dernier. C'est pourquoi, une consommation excessive d'alcool peut entraîner des troubles hépatiques et finir par abîmer le foie.

La quantité d'alcool consommée et la durée d'une consommation excessive jouent certes un rôle, mais il faut aussi prendre en compte les facteurs génétiques. Par ailleurs, les femmes qui boivent beaucoup sont plus vulnérables face à ces troubles hépatiques que les hommes.

Stéatose hépatique

  • Le fait de boire trop d'alcool entraîne une accumulation de graisses dans les cellules hépatiques. Ce phénomène se produit déjà si l'on boit sans modération pendant quelques jours. A ce stade, il reste possible d'agir pour contrecarrer cet effet en réduisant sa consommation d'alcool ou en arrêtant de boire, car les cellules hépatiques ne sont pas encore touchées.
  • Il s'agit ici souvent du premier stade d'une hépatite alcoolique.
  • On ne ressent pas encore grand chose, si ce n'est un poids sur l'abdomen causé par le grossissement du foie.

Hépatite alcoolique

  • Une inflammation peut apparaître lorsque les cellules hépatiques sont endommagées par l'alcool.
  • L'hépatite alcoolique est une affection grave, qui précède souvent une cirrhose du foie.
  • Elle peut présenter les symptômes suivants : fatigue, maux de ventre, nausées, vomissements, accumulation de liquide dans l'estomac et jaunisse (coloration des yeux et de la peau).

Cirrhose du foie

  • Ensuite, une cirrhose du foie peut survenir si la consommation d'alcool perdure. Dans le cas d'une cirrhose, les cellules hépatiques meurent progressivement. Les cellules mortes ou endommagées sont alors remplacées par du tissu cicatriciel.
  • La cirrhose du foie se développe petit à petit et il arrive souvent que l'on ne note au début aucune douleur particulière. Par la suite, le patient souffre de maux de ventre, de nausées, de vomissements, d'accumulation de liquide dans l'estomac et de jaunisse.
  • Ces cellules mortes empêchent le foie d'assurer sa fonction dépurative, avec à terme un risque mortel pour le patient.
  • La cirrhose du foie peut s'accompagner d'une grave complication, appelée «varices œsophagiennes» qui peuvent entraîner une hémorragie mortelle.
  • La cirrhose du foie est irréversible, car les cellules mortes ne se renouvellent pas. Et pour stopper cette cirrhose, la seule solution consiste à arrêter de boire de l'alcool.

Retour