Retour à la page précédente

Alcool à l'école

La consommation d'alcool et d'autres produits est un phénomène qui touche les élèves de toutes les écoles. 85 % des jeunes de 12-20 ans scolarisés en Fédération Wallonie-Bruxelles ont déjà consommé une boisson alcoolisée. Plus les étudiants sont âgés, plus ils boivent régulièrement des boissons alcoolisées variées.

Certaines écoles semblent ne réagir à la consommation d'alcool ou de produits que lorsque des problèmes graves surgissent. Pourtant, une politique de prévention en matière de drogues et d'alcool élaborée à long terme est plus efficace que des mesures temporaires.

Pour instaurer une politique de prévention en matière de drogues et d'alcool, les écoles peuvent prendre conseil auprès de spécialistes régionaux en matière de prévention de la consommation d'alcool et de drogues (voir plus loin).

alcool école

Que peut faire l'école ?

Sur le plan légal, l’école est-elle concernée par la loi ?

Comme pour tous, les établissements scolaires ont interdiction de vendre, d’offrir ou de servir de l’alcool aux mineurs. Il leur est également interdit d’avoir à disposition un débit où des boissons spiritueuses sont servies. Toutefois, lors de certaines occasions spéciales (voyages scolaires, fêtes à l’école, etc.) l’alcool peut être présent. Il est important de pouvoir encadrer plus spécifiquement ces moments plus particuliers, en anticipant les débordements et en veillant à ce que ces événements/activités se déroulent dans de bonnes conditions.

Pour ce faire, les équipes Prévention de services spécialisés dans les assuétudes ou d’autres services de première ligne (comme les AMO), peuvent intervenir auprès des écoles pour favoriser un travail de prévention, de réflexion et d’action par rapport à la politique « drogue et alcool » de l’établissement.

Leurs objectifs d’intervention sont les suivants :

  • Créer un groupe référent de réflexion et d’action, constitué si possible des différents acteurs de l’équipe pédagogique.

Il est essentiel de prendre en compte toutes les parties concernées par les consommations d’alcool ou d’autres produits à l’école, à savoir : les élèves, mais aussi les enseignants, les éducateurs, le personnel du PMS et les parents. Dans certains cas, Il peut également être utile de se concerter avec les autorités locales et la police.

Comme c’est le personnel de l’école qui va accompagner les jeunes durant toute leur scolarité, il est nécessaire que ce soit eux qui restent les experts de leur public. Le personnel spécialisé est avant tout un relai d’informations, ce sont les encadrants scolaires qui assureront la continuité des projets et de la politique mise en avant au sein de l’école. 

  • Amener les participants à cerner ce qui les préoccupe actuellement par rapport à l’alcool et aux produits.

Cette réflexion passe par un travail sur les représentations de chacun à propos des consommations de produits, de ce qui est admis ou non, les raisons qui peuvent pousser des personnes à en consommer, le sens de ces consommations, vers qui se tourner quand on a une difficulté liée à sa consommation, etc. Il est essentiel de travailler avec les élèves. Par exemple, les enseignants ou les éducateurs peuvent élaborer une charte qui serait co-construite avec les élèves : tout le monde doit s’y retrouver et s’engager à la respecter. 

  • Mettre en évidence ce qui peut être réalisé au sein de l’école, en s’appuyant sur les ressources, les projets déjà réalisés ou en cours, les désirs de changements, etc.

Par exemple, il sera important :

- D’avoir un règlement clair à propos de ce qui peut et ne peut pas se faire au sein de l’école. Si des problèmes graves se posent, il faut également que les conséquences possibles et les procédures à suivre soient connues.

 - De privilégier une politique éducative large, qui prend en compte les normes et les valeurs.

 - De se soucier du climat général de l'école. Un climat scolaire positif est déterminé par divers facteurs tels que : le contact entre les enseignants et les élèves, entre la direction et les élèves, l'accompagnement des élèves, les activités de loisir et la possibilité pour les élèves de participer à la politique de l'école.

 - Aider le jeune à s’affirmer et à avoir confiance en soi peut être un levier sur lequel les enseignants et les éducateurs peuvent agir.  Comment ? En le valorisant, en développant son esprit critique (par rapport à la publicité par exemple), en l’aidant à faire ses propres choix et à les assumer, en dialoguant et en l’écoutant, pour que s’installe une relation où il se sentira déjà exister en tant que personne et pas seulement en tant qu’enfant ou jeune.

Plus d’informations sur les questions fréquemment posées autour de l’alcool à l’école sur le site du groupe de travail « Jeunes, Alcool et Société »»

Si vous cherchez une aide en tant qu’intervenant scolaire,

 


Retour à la page précédente

·         concernées par les consommations d’alcool ou d’autres drogues à l’école, à savoir. Donc pas seulement des les élèves, mais aussi des les enseignants, les éducateurs, le personnel du PMS et les parents. Dans certains cas, Il peut également être utile aussi dans certains cas de se concerter avec les autorités locales et la police.

En haut

 

Share:

Share: