info menu

En savoir plus sur la «motivation»

La motivation à changer son comportement n'est pas quelque chose d'immuable. Ce n'est pas comme si «vous l'aviez ou ne l'aviez pas», ce n'est pas une attitude de type «tout ou rien». La motivation peut changer et évoluer avec le temps.

Souvent, c'est votre entourage qui s'inquiète en premier. Vous, vous pensez parfois qu'ils «exagèrent». Vous commencez ensuite à éprouver des désagréments liés à votre consommation d'alcool et il devient plus difficile de la nier. Vous voulez modifier votre consommation mais prendre une résolution ne suffit pas. Vous avez déjà essayé d'arrêter mais il vous arrive de rechuter. Vous verrez, en poursuivant votre lecture, que cette étape fait partie du processus de changement.

Le cercle du changement

Il est certain qu'on ne peut pas tout changer en un clin d'œil. Un changement profond peut s'envisager comme un cercle, un processus durant lequel vous passez par différents stades, avec parfois un retour en arrière, mais avec, au final, un nouvel équilibre.

Cette évolution a été décrite pour la première fois par Prochaska & Diclemente (1986). Ces auteurs ont observé qu'un processus de changement se déroule chez la plupart des gens en 5 à 6 étapes. Beaucoup d'entre eux connaissent une phase de régression (étape 6), malgré leurs efforts pour changer un ancien comportement récurrent. Ces deux chercheurs se servent d'un cercle pour exposer clairement l'ensemble de ce processus de changement.

motivation - cercle du changement
  • L'«ouverture» est indiquée par une flèche orange. On se trouve ici dans la phase de précontemplation. Durant cette phase, on ne se pose que très peu de questions concernant sa consommation, voire aucune. Des pensées vagues surgissent parfois à la suite de remarques formulées par l'entourage. Par exemple, votre partenaire vous dit que «cela ne peut plus durer». En général, les avantages que procure l'alcool pèsent plus lourd que les inconvénients.
  • C'est durant la phase de contemplation que l'on commence à s'interroger. Les avantages sont-ils vraiment plus importants ? Ne devrais-je pas, malgré tout, changer quelque chose ? Vous vous mettez alors à peser le pour et le contre. Cependant, les personnes extérieures ne remarquent que peu de changements, car ils se produisent surtout dans votre esprit.
  • Puis, vient la phase de la décision. C'est durant cette phase que vous prenez véritablement des décisions, aussi petites soient-elles, par rapport à votre consommation d'alcool. En d'autres termes, la motivation est devenue assez importante que pour modifier non seulement vos pensées, mais aussi votre comportement. Des décisions et des résolutions sont prises au cours de cette phase, par exemple : «ça ne peut plus durer, je vais faire quelque chose».
  • Cependant, ces résolutions se révèlent rarement suffisantes en soi. Les anciennes habitudes peuvent être profondément enracinées. Vous devez veiller à acquérir de nouvelles habitudes, car ce n'est généralement pas évident. On se trouve alors dans la «phase d'action» ou de «changement actif». Vous faites alors des efforts visibles pour changer : vous sortez moins souvent, vous évitez le bistrot du coin, vous ramenez moins d'alcool à la maison, vous cherchez d'autres passe-temps, etc. Cette phase se caractérise souvent par des «rechutes et des sursauts».
  • Lorsque vous avez suffisamment de réussites à votre actif durant cette phase, suit alors la phase de stabilisation. Les nouvelles habitudes sont «intégrées», elles deviennent plus «naturelles».
  • Une « rechute» est toujours possible à chaque phase et vous retombez alors dans vos anciennes habitudes. Cette rechute peut être de longue durée, auquel cas vous retournez à la «phase de précontemplation». Ou bien vous vous ressaisissez rapidement et le cercle reprend alors très vite sa trajectoire.
  • Une fois que les nouvelles habitudes sont parfaitement «intégrées» et qu'il n'y a plus aucune addiction physique, vous pouvez sortir du cercle. Vous trouvez un nouvel équilibre.

En haut

 

Share:

Share: